Tout à 1 $

Publié le par Marie

Au Canada, une chaîne grandit avec succès : Dollarama. C'est un magasin où chaque produit se vend au prix unique de 1 $ (canadien) hors taxes (15% au Québec, moins dans les autres provinces).

Dans ce magasin, on peut trouver de tout et de rien. Il s'agit rarement de choses essentielles, pourtant on se laisse envahir par l'étonnement d'acheter à un prix immuable. Ainsi pour 1$, on trouve par exemple :
- des cahiers, des carnets, des agendas, des stylos par pack, des classeurs, des massicots
- pour les enfants, un costume de policier, d'indien ou de militaire ou encore une grosse boite avec un train entier à assembler et le circuit en rails
- un pack de 100 élastiques à cheveux et barettes
- des rallonges électriques multiprises
, des ampoules, des piles, des ustensiles de cuisine (très grand rayon)
- des détergents, du liquide-vaisselle, des petits tapis
- des bibelots (faut aimer...), des lampes de poche Led,
- des soupes chinoises (2 pour 1 $), du chocolat, des biscuits, des bonbons
- des guirlandes de Noël, des décorations pour le sapin
- des savons, des shampoings...

On trouve aussi des MDD (marques de distributeur), donc des fabrications spéciales siglées Dollarama, et parfois des marques, comme un shampoing Elsève (mais dans un petit pack).

Côté décor, la lumière provient de néons et les étagères de présentation sont sommaires (comme dans certaines vieilles boutiques de bricolage ou certains supermarchés low cost). On est pas là pour faire beau, puisque l'attraction du lieu est le prix.

Le système est si simple qu'à la caisse, les hôtesses comptent le nombre d'article tout en les mettant dans les sacs, puis le saisissent et la taxe est ajoutée. Pas de paiement par carte (sauf quelques cartes de débit canadiennes, je crois), le liquide prédomine.

Sur le site Internet, une page unique et minimaliste propose uniquement de "Rejoindre la foule".
Image-3-copie-1.png
Le tarif unique de 1 $ fait poser la question du prix réel des produits. Je pense que certains valent plus et d'autres, beaucoup moins. Néanmoins, cela donne la sensation de souvent payer trop cher (ce qui explique aussi par chez nous le succès du hard-discount) et de trouver chez Dollarama pour certains produits, le juste prix.

Par exemple, j'ai vu là-bas des bandeaux à cheveux vendus par 12. Dans un magasin français, j'ai repéré ce bandeau, strictement identique, vendu 3 euros la pièce. Autre exemple, et le mieux est que vous vous répondiez vous-même à la question : à combien estimeriez-vous en vente en France un cahier A5 avec une couverture rigide en PVC, comprenant 3 découpes de papillon, avec
des papillons de la couleur de la couverture imprimés sur chaque page, et un marque page en forme de papillon, quand un cahier A5 standard sans marque est vendu en France environ 1 € ?

Mon hôte à Montréal m'a dit qu'à l'ouverture de ces magasins, les gens avaient honte d'y aller. Un peu comme chez nous dans les années 80, lorsque les gens niaient se rendre chez Tati. Aujourd'hui, tout le monde va chez Dollarama.

Evidemment pour le prix, tout ou presque provient d'Asie, ce qui peut poser des problèmes de conscience, car on se demande à combien s'élève le salaire des employés. Mais, quelle entreprise ou enseigne ne se fournit pas aujourd'hui en Asie ? Wal-Mart, Sears, et ne serait-ce que chez nous, presque toutes les marques ont délaissé les usines en France pour se délocaliser, qu'elles soient dans l'automobile, la mode, l'électroménager, la high tech...

Alors, je ne peux m'empêcher de me demander : "à quand un Eurorama ?".


Publié dans MARKETING

Commenter cet article

Bruno 29/11/2007 23:39

Dollarama... le nom fait presque rêver... de dollars? ... faciles?En France par contre l'Eurorama résonne à nos oreilles sensibles déjà bien moins bien et ne parvient à se tailler la part du lion des mini-mini budgets non honteux... ni trop miteux...Comme quoi, on ne peut pas tout plaquer d'un pays/continent/etc à l'autre. Ou alors on n'achète pas assez aux Etats-Unis. Ou encore, on achète trop mal (?)

JY 26/11/2007 21:38

D'un côté il y a Wall-Mart, de l'autre il y a Dollarama. Les deux sont des temples de la consommation, mais l'un nous vend du moche-pas-solide-et-qui-finit-par-coûter-la-peau-des-fesses-en-nous-prenant-pour-des-cons, l'autre nous vend à une piastre toutes les babioles dont on a systématiquement besoin.Le message implicite de Dollara c'est pas "Vous trouverez tout chez nous", c'est "Venez chez nous pour les trucs qui ne valent rien et gardez votre argent pour investir le reste"...Au-delà de l'aspect minimaliste des magasins (et qu'on retrouve même dans son siège social, qui est une petite bâtisse presque en préfabriqué au milieu d'une zone industrielle tristounette), on y trouve des articles de très bonne facture aussi bien que du kitch, ce qui fait que toutes les classes sociales s'y retrouvent... Reste aussi cette odeur inimitable de plastique bon marché!

Marie 26/11/2007 22:49

JY ! Tout à fait d'accord avec toi, il y a de très bons articles : preuves en sont mes visites de presque tous les Dollarama du Québec et les kilos de papeterie ramenés en France, si bien que l'hôtesse-à-l'aéroport-qui-pèse-les valises en est restée dubitative :-))) J'aurais dû me contenter des souvenirs standards (bah si, j'ai du sirop d'érable, pourtant !).